Origine de quelques noms de rues

A Bergilers

La rue du Bailli

Bailli : de l'ancien français "baillir" : administrer. A la création du poste, au début du XIIe siècle, le bailli est un agent royal chargé de missions administratives et judiciaires temporaires en province. (ce qui n'est pas

 sans rappeler les missi dominici de l'empire carolingien).

 

A partir du XIIIe siècle, officier exerçant des fonctions judiciaires, financières et militaires dans une vaste circonscription (le bailliage):

·veiller à l'application des ordonnances royales,

· rendre la justice en appel des jugements rendus par les prévôts,

· lever et collecter les impôts

· mobiliser les soldats pour l'ost royal

 

La rue des Clercs

Le clerc

Il est un homme cultivé, il est passé par l'université , appartient à l'église. Sa pauvreté le mène à mettre sa culture au service d'un seigneur

Etre « clerc » ne signifie pas non plus être prêtre ; au XIIe siècle, le moindre étudiant est un clerc. Nous possédons, du reste, un sermon d'Abélard lui-même dans lequel il définit cet état : pour Abélard, le  clericus  est un tonsuré, dont la place dans la hiérarchie se trouve au plus bas degré des fonctions ecclésiastiques, c'est-à-dire au-dessous du premier ordre mineur, le portier :  ipsos ecclesiasticorum officiorum gradus, abostiario scilicet, uel ab ipsa etiam clericatus tonsura 

(sermo III, In circumcisione Domini, PL, 178, col. 406-407).

Le clerc peut se marier, mais il perd ses privilèges, notamment les bénéfices.

 

 

La rue sous la motte

Une motte castrale
Une motte castrale

Au Moyen Âge, les paysans pouvaient se réfugier dans une tour de défense où, retranchés à l’étage, ils pouvaient résister aux attaques. Plusieurs de ces tours ont été prolongées pour former des églises (Awans, Momalle, Oreye,…).

 

 

Un autre système de défense, la motte castrale: une tour en bois était construite sur une élévation de terre entourée de fossés et d’une palissade. Ce fut vraisemblablement le cas à Bergilers, rue Sous-la-Motte. On trouve des mottes castrales à Lamine, Fooz, Faimes, Horpmael...

A Oreye

La rue de la Westrée

  

Westrée de vadum = le gué et strata = le chemin vadi strata = le chemin du gué

  

 La rue Gérard Marie

 

Elle tire son nom des statues des saints qui ornaient la façade des fermes: saint Gérard à la ferme ROUSSELLE en bas et sainte Marie à la maison d'Arsène BOURDOUXHE aujourd'hui disparue.

 

Le Thier du Mont



Du celte tiger  = qui monte; c'est donc une redondance



La ruelle des Chats



Rien à voir avec des chats. En fait c'est une traduction erronée du wallon "roualette dè tchè" ce qui signifie ruelle du Thier.

 

Le sentier des Princes

Autre erreur de traduction. Le sentier "dè Prince" = du prince (en l'occurrence le prince-évêque Velbruck qui l'empruntait pour se rendre à son château à Hex) est devenu le sentier des Princes (Or il n'y en eut qu'un)

L'ancien lit du roua
L'ancien lit du roua

La rue du Ruisseau

 

Anciennement, un ruisseau (en wallon roua) prenait sa source dans cette rue (en wallon: A rowe) et, traversant les prairies, allait alimenter les douves du château avant de se jeter dans le Geer près du sentier des Princes (photo). Aujourd'hui, en partie canalisé, il passe à l'arrière des maisons de la rue de Liège et se jette dans le Geer peu après le pont.